DIRCAB – Directrice ou directeur de Cabinet de LANNION-TREGOR COMMUNAUTE (BRETAGNE – Côtes d’Armor)

La communauté d’agglomération LANNION-TREGOR COMMUNAUTE (22)

recrute sa directrice ou son directeur de cabinet (H/F)  – (recrutement  actif – nov 2022)

Lannion-Trégor Communauté, est une communauté d’agglomération située en Bretagne, dans le département des Côtes d’Armor, sur le littoral de la Manche, entre Brest et Saint Brieuc (moins de 3h de Paris en TGV – 120 000 habitants – 1100 agents).

Elle bénéficie d’une bonne santé financière (268 millions d’euros dont 118 millions consacrés à l’investissement).

L’intercommunalité est le fruit de fusions récentes et rassemble, aujourd’hui, 57 communes (85 conseillers communautaires). Ses compétences nombreuses sont stabilisées. Elle se réinvente autour de projets économiques (Start-up, Orange Labs, Pôle Phoenix, Photonics Park, patrimoine économique, parc des expos), et touristiques littoral/rural/urbain (Côte de Granit Rose, Perros-Guirec, Cités de caractères tel Tréguier…).

La communauté évolue avec l’arrivée de nouvelles populations. Les enjeux énergétiques, de mobilités, de logements, sont au cœur des mutations en cours sur le territoire.

Vos Missions :

Sous l’autorité du Président, dans un contexte politique équilibré, vous devrez :

  • accompagner le président dans ses prises de positions,
  • travailler en équipe avec le Président et le DGS, participer au CODIR,
  • animer le collectif d’élus, construire des relations durables et travailler avec : les vice-présidents, les maires de l’agglomération et les élus du territoire, faire le lien avec le conseil de développement,
  • établir et entretenir des liens de proximité avec les élus locaux et favoriser l’animation territoriale (7 pôles) via des rencontres et conférences dédiées à la concertation et la participation de la population, à l’explication des politiques de l’agglomération,
  • suivre, anticiper, alerter, participer, préparer politiquement les instances communautaires (conseils, commissions, bureau exécutif et la conférence des maires),
  • suivre politiquement l’avancement des différents dossiers de la communauté,
  • rédiger des discours, des supports d’interventions, des notes et argumentaires, répondre aux courriers,
  • travailler en étroite relation avec la direction de la communication (stratégie, outils), les relations presse.

Votre Profil :

  • Vous êtes quelqu’un de consensuel et savez travailler en équipe,
  • Vous êtes ouvert, à l’écoute etdotéd’un bon sens du relationnel,
  • Vous avez une expérience réussie du travail en cabinet,
  • Vous avez une bonne connaissance du fonctionnement des organisations publiques et instances politiques,
  • Vous avez du sens politique pour comprendre les enjeux,
  • Vous avez une connaissance des pratiques de la démocratie locale, de la communication, des relations presse,
  • Vous possédez de bonnes capacités rédactionnelles,
  • Vous êtes disponible, impliqué et titulaire du permis de conduire.

Conditions :

Statut : Collaborateur de cabinet.

Rémunération : attractive, selon expérience, au maximum des 90% légaux.

À pourvoir : rapidement.

Merci de transmettre votre candidature (lettre de motivation + cv) sous la référence « DC/LTC/2022 »

Par mail à: erwan.huchet@savoirspublics.fr

Finances locales pour non-financiers

Thématique : Finances, marchés publics, législation

Durée : 1 à 2 jours

OBJECTIFS : Maîtriser les grands principes budgétaires et financiers de la comptabilité publique locale et les bases de la gestion financière pour pouvoir analyser l’activité de sa structure

PROGRAMME : 

  • Cerner les principales règles budgétaires et comptables applicables au milieu local
  • Public/Privé : une économie du besoin similaire
  • Un environnement local « complexe » et des risques financiers induits
  • Le Budget local : aspects juridiques, comptables et réglementaires structurants
  • Exécution budgétaire et construction du système d’information financier
  • La normalisation comptable, la classification des comptes, les principes de codification, les principes comptables, les règles de base…
  • Compta vs Economie générale (type M14), la distinction opérations d’ordre / opérations réelles, les principales opérations d’ordre…
  • La pluri-annualité budgétaire : une évolution majeure (AE/CP, AP/CP, Loi Notre et outillage du Débat d’orientation budgétaire (DOB)…)

Exercice d’application :constitution et gestion d’autorisations budgétaires pluriannuelles (AP en investissement, AE en exploitation), apports au DOB-ROB …

  • Lecture « dynamique » du Compte administratif – les résultats
  • Lecture et interprétation « naturelle » des résultats au Compte administratif (chaînage pluri-annuel)
  • La structuration des données et la logique de « lecture directe »
  • Sources d’informations complémentaires : Compte de gestion, encours de dette, gestion active des AP-AE/CP…
  • Le schéma d’analyse financière, une construction naturelle et des ratios simples …

Étude de cas « fil rouge » :le mode de lecture « dynamique » et pluri-annuel sera appliqué à un cas tout au long de cette partie du programme

Maîtriser les bases de la gestion financière pour pouvoir analyser l’activité de sa structure …

  • Les bases de l’analyse financière locale
  • Objectifs et méthodes de l’analyse budgétaire
  • Les indicateurs d’exploitation courante : épargne, identification des marges de manœuvre, endettement, équilibre financier…
  • Les ratios financiers principaux vs les ratios « DGCL »
  • Effet de levier/masse et taux de rendement
  • Impacts de la dette « ancienne »
  • Financement des investissements et dette « nouvelle »
  • Le positionnement par rapport à la situation de collectivités similaires : leurre et réalité …
  • Les apports théoriques et pratiques du compte de gestion
  • Le compte financier unique : une évolution attendue, des expérimentations qui tardent (cf . M57 et sa généralisation à terme …) …

Étude de cas fil rouge(suite) : enrichissement du cas « fil-rouge », au long de cette séquence …

  • La projection financière pluri-annuelle, apports au DOB/ROB – optionnel 1 j
  • Modélisation prospective, le choix des variables d’ajustement,
  • Les hypothèses pour l’évolution de l’épargne (exploitation et dette ancienne),
  • La programmation des dépenses d’équipement et leur mode de financement,
  • Simulation de la dette prospective : équilibrage, durée, taux…
  • La construction des scénarii, l’évolution des indicateurs et des ratios,
  • Apports à la stratégie financière, outillage du DOB (cadre Loi Notre)

Étude de cas fil rouge (fin):enrichissement pratique du cas « fil-rouge » au long de cette séquence

Public : élu-es, collaborateurs d’élu-es, cadres territoriaux

Pour plus de renseignement ou échanger avec un consultant spécialiste, contactez-nous au 06 62 93 01 89 ou envoyez-nous un mail à erwan.huchet@savoirspublics.fr

Formation éligible auFormation éligible au Droit Individuel à la Formation des Élus cliquez sur le logo

Droit Individuel à la Formation des Élus cliquez www.moncompteformation.gouv.fr

Stratégie finances locales : outils et méthodologie

Thématique : Finances, marchés publics, législation
Durée : 2 journées et + si nécessaire

OBJECTIFS

Intégrer les objectifs et les enjeux de l’insertion du contrôle de gestion dans l’organisation locale et dans le raisonnement stratégique des élus …

PROGRAMME

  • Définir les objectifs stratégiques pour un contrôle de gestion spécifique au secteur public local
  • Contribuer directement au pilotage stratégique et financier de votre organisation,
  • Décliner les objectifs stratégiques sur un horizon opérationnel « exploitable »,
  • Nourrir le dialogue de gestion,
  • Mettre en œuvre une pédagogie centrée sur la formation et la maîtrise des coûts opérationnels …
  • Contribuer à la mise en œuvre de la PPIF (Programmation Pluri-annuelle des Investissements et du Fonctionnement) à l’horizon prospectif du DOB-ROB ou du mandat …
  • Définir et organiser la fonction contrôle de gestion en environnement public local
  • Les indicateurs et tableaux de bord,
  • Les inductions/liens avec la logique budgétaire et comptable,
  • La nécessité d’une comptabilité de gestion analytique par compétence,
  • Situer le contrôle de gestion au sein de l’organisation vs les spécificités des structures publiques locales …
  • Positionner le contrôle de gestion, articulations avec les autres fonctions de contrôle/audit …

Intégrer le rôle de la modélisation stratégique et de l’implication des acteurs …

  • Modéliser la réflexion stratégique
  • Un modèle éprouvé, celui de la LOLF « adaptée » : la logique de performance dans le secteur public central et son adaptation locale,
  • Passer d’une logique de moyens à une logique de résultats,
  • Généraliser la démarche : décliner les missions/compétences et les programmes dans les services et les organisations locales,
  • Les outils du processus budgétaire LOLF et leur adaptation locale : du projet d’action stratégique au rapport annuel de performance …
  • Apports de la loi NOTRE au niveau local : orientations autour de la structuration et de l’outillage du DOB-ROB …
  • Le rôle central des indicateurs de performance : les différents types d’objectifs et d’indicateurs de performance…
  • Impliquer les acteurs concernés par la démarche de pilotage de la performance
  • Les élus, la direction générale, le contrôleur de gestion, l’auditeur et le contrôleur interne, la direction financière, la DRH et les services « support », les acteurs opérationnels …
  • Analyser son organisation interne ,
  • Détecter les freins à lever, les améliorations à apporter …
  • Le rôle de chaque acteur dans la construction du budget pluriannuel,
  • Mettre en place des schémas relationnels,
  • Le management intermédiaire, « décloisonnement » de  l’organisation …

Exercice d’application: diagnostic des enjeux majeurs pour sa collectivité/son établissement sur la base d’une mise en revue générale, à l’aide de check-list, proposées par l’animateur, à enrichir/adapter pour chaque axe de progrès détecté …

Système d’information, démarche analytique et maîtrise des coûts …

  • Concevoir le système d’information et de pilotage
  • Objectifs stratégiques et objectifs opérationnels : définition, calibrage, déclinaison…
  • Définir les processus de pilotage de la performance (conception LOLF)
  • Pluri-annualité : exploitation en mode AE / CP, gestion des investissements en AP / CP et PPI + cadrage et outillage du DOB …
  • Une démarche structurée et des outils adaptés pour un système d’information décisionnel partagé : Indicateurs, Tableaux de bord de pilotage, modalités et rythmes de reporting …
  • Contrôle de gestion et maîtrise des coûts, la démarche analytique et la Comptabilité de gestion
  • Approche comparée des différentes méthodes d’analyse des coûts, adaptation au secteur public : Coûts complets, Coûts partiels, Direct costing …
  • Méthode ABC (Contrôle de gestion et Management par activités/compétences),
  • Projections pluriannuelles (Apports directs à l’élaboration du DOB-ROB)…
  • Réussir la conduite du projet
  • Définir clairement le périmètre des actions et attributions du CG à partir d’un mandat précis
  • Adopter une démarche pédagogique et participative : les acteurs opérationnels doivent s’approprier les outils du contrôle …
  • Un comité de pilotage et des groupes de travail pour promouvoir les bonnes pratiques …

Exercice d’application: définition/acquisition d’une démarche structurée pour la mise en oeuvre ordonnée d’un contrôle de gestion opérationnel local en mode « projet ».

Les participants seront invités à critiquer/enrichir/adapter une démarche proposée par l’animateur pour leur propre collectivité

Public : élu-es, collaborateurs d’élu-es, cadres territoriaux

Pour plus de renseignement ou échanger avec un consultant spécialiste, contactez-nous au 06 62 93 01 89 ou envoyez-nous un mail à erwan.huchet@savoirspublics.fr

Formation éligible auFormation éligible au Droit Individuel à la Formation des Élus cliquez sur le logo

Droit Individuel à la Formation des Élus cliquez www.moncompteformation.gouv.fr

Où va la société ? Les mutations profondes de l’individu

CONTEXTE

Face à la crise de confiance en la démocratie, au regard de la montée en puissance des systèmes techniques et bureaucratiques, vue la demande des concitoyens d’un mode coopératif accentuée par les nouvelles technologies, l’enjeu aujourd’hui pour les maires de terrain, leurs collaborateurs et cadres territoriaux est de porter et d’incarner un projet politique qui fasse sens pour leurs concitoyen-ne-s en se traduisant par actes concrets.

Dans cette optique, les maires sont les animateurs mais aussi les fédérateurs de la cité en déployant des pratiques politiques orientées selon des valeurs partagées en vue du bien commun des citoyen-ne-s. Dès lors, il s’agit d’accompagner en les formant ces femmes et hommes politiques de premier plan afin de créer les conditions du succès de leurs décisions auprès de leurs administré-e-s.

A cette fin, il s ‘agit de saisir précisément les tenants et aboutissants des mutations profondes de l’individu dans notre société.

OBJECTIFS

– Nourrir conceptuellement et structurer la réflexion, la vision, les intuitions, les discours,

– Faire les « pas de côté » pour saisir autrement le monde complexe et incertain dans lequel nous vivons,

– Bénéficier des recherches scientifiques de sciences humaines pour mieux saisir notre société en pleine mutation,

– Opérer une prise de recul, c’est-à-dire « décoller le nez du guidon » pour mieux discerner les enjeux et repérer les « points de passage » pour débloquer des situations,

– Faire face et comprendre les crises en apprivoisant l’incertitude,

– Prendre des décisions en connaissance de causes mais également en connaissance de… « risques »,

– Incarner des valeurs dans des postures et attitudes et fabriquer de l’adhésion autour de lui pour qu’il fasse autorité auprès de toutes et tous.

Bref : donner du sens à toutes ses décisions et actions.

Trois types de compétences sont visés par les objectifs que les outils pédagogiques mis en œuvre lors de cette formation :

– Compétence théorique : maîtriser les connaissances essentielles et appliquées au mutations profondes la société en acquérant des connaissances historiques, sociologiques, politiques, économiques, anthropologiques, juridiques, géographiques, géopolitiques, étymologiques et philosophiques,

– Compétences analytique et pratique : élucider et savoir lire les faits d’actualité à l’aide de clés de lecture et d’outils d’analyse permettant d’analyser les grandes tendances de notre société et de comprendre tant le vocabulaire que les processus à l’œuvre ainsi que les nouveaux comportements en jeu,

– Compétence réflexive : réfléchir et développer un esprit critique en permettant de saisir la complexité tant des pratiques sociales que des enjeux politiques, sociologiques, économiques et culturelles se déployant au cœur de nos sociétés contemporaines.

PROGRAMME

La formation sera interactive alternant des mini-conférences inspirantes, des questions réponses ainsi que des temps d’appropriation et des discussions à « bâtons rompus ». L’enjeu est, d’une part, l’appropriation par les élu-e-s des enjeux politiques, sociétaux, économiques et culturels aussi bien en termes de savoirs, de concepts et de contenus et d’autre part, le traitement rigoureux des problématiques et questionnements d’actualité.

En étant interpersonnelle et interactive, la formation permettra aux élu-e-s de performer ses connaissances et sa conception de l’action politique sans oublier sa posture de leader local et régional.

  1. Le contexte les trois crises structurantes et interdépendantes
    1. La crise économique et sociale
      1.  La thématique de l’exclusion
      2.  La thématique de l’immigration
      3. La financiarisation de l’économie
    2. La crise politique et idéologique
      1. Le capitalisme
      2. Le communisme
    3. La quête de sens
  2. Le bouleversement de neuf rapports anthropologiques
    1. Le rapport à soi
    2. Le rapport à son corps
      1. La maladie : la bonne santé est devenue l’exigence
      2. La douleur est devenue insupportable
      3. Le refus de la mort
      4. La maternité et la procréation
      5. La création de son propre corps
    3. Le rapport aux autres
    4. Le rapport aux choses
    5. Le rapport au temps
    6. Le rapport à l’espace
    7. Le rapport aux idées et valeurs
    8. Le rapport à l’enfant
    9. Le rapport à la femme
      1. Une législation de plus en plus favorable : des origines à notre temps
      2. L’enjeu : de la modernisation des sociétés au temps des femmes

Remise de notes

o Note synthétique en trois parties : Conjoncture /Structure/Limites ou plan « CSL » (École Normale supérieure « Ulm »),

o Cette remise de note permet aussi une discussion sur l’actualité du sujet et d’envisager une approche prospective.

Public : élu(e)s, collaborateurs d’élu(e)s, cadres territoriaux

Pour plus de renseignement ou échanger avec un consultant spécialiste, contactez-nous au 06 62 93 01 89 ou envoyez-nous un mail à l’aide du formulaire ci-dessous.

Clause de confidentialité

Au regard des sujets considérés, le formateur s’engage à une confidentialité intégrale. Celle-ci est le socle de la relation de confiance tissée entre lui et les élu-e-s, leur permettant d’apprécier et de considérer tous les sujets jugés utiles pour l’accomplissement de ses missions en tant qu’élu, dépositaire local de la souveraineté du peuple.

Où va notre environnement ? La mutation anthropocénique et la politique industrielle

CONTEXTE

Face à la crise de confiance en la démocratie, au regard de la montée en puissance des systèmes techniques et bureaucratiques, vue la demande des concitoyens d’un mode coopératif accentuée par les nouvelles technologies, l’enjeu aujourd’hui pour les maires de terrain, leurs collaborateurs et cadres territoriaux est de porter et d’incarner un projet politique qui fasse sens pour leurs concitoyen-ne-s en se traduisant par actes concrets.

Dans cette optique, les maires sont les animateurs mais aussi les fédérateurs de la cité en déployant des pratiques politiques orientées selon des valeurs partagées en vue du bien commun des citoyen-ne-s. Dès lors, il s’agit d’accompagner en les formant ces femmes et hommes politiques de premier plan afin de créer les conditions du succès de leurs décisions auprès de leurs administré-e-s.

A cette fin, il s ‘agit de saisir précisément les tenants et aboutissants de la mutation anthropocénique et de la politique industrielle.

OBJECTIFS

– Nourrir conceptuellement et structurer la réflexion, la vision, les intuitions, les discours,

– Faire les « pas de côté » pour saisir autrement le monde complexe et incertain dans lequel nous vivons,

– Bénéficier des recherches scientifiques de sciences humaines pour mieux saisir notre société en pleine mutation,

– Opérer une prise de recul, c’est-à-dire « décoller le nez du guidon » pour mieux discerner les enjeux et repérer les « points de passage » pour débloquer des situations,

– Faire face et comprendre les crises en apprivoisant l’incertitude,

– Prendre des décisions en connaissance de causes mais également en connaissance de… « risques »,

– Incarner des valeurs dans des postures et attitudes et fabriquer de l’adhésion autour de lui pour qu’il fasse autorité auprès de toutes et tous.

Bref : donner du sens à toutes ses décisions et actions. Connaître les compétences et dispositifs

Trois types de compétences sont visés par les objectifs que les outils pédagogiques mis en œuvre lors de cette formation :

– Compétence théorique : maîtriser les connaissances essentielles et appliquées au mutations profondes la société en acquérant des connaissances historiques, sociologiques, politiques, économiques, anthropologiques, juridiques, géographiques, géopolitiques, étymologiques et philosophiques,

– Compétences analytique et pratique : élucider et savoir lire les faits d’actualité à l’aide de clés de lecture et d’outils d’analyse permettant d’analyser les grandes tendances de notre société et de comprendre tant le vocabulaire que les processus à l’œuvre ainsi que les nouveaux comportements en jeu,

– Compétence réflexive : réfléchir et développer un esprit critique en permettant de saisir la complexité tant des pratiques sociales que des enjeux politiques, sociologiques, économiques et culturelles se déployant au cœur de nos sociétés contemporaines.

PROGRAMME

La formation sera interactive alternant des mini-conférences inspirantes, des questions réponses ainsi que des temps d’appropriation et des discussions à « bâtons rompus ». L’enjeu est, d’une part, l’appropriation par les élu-e-s des enjeux politiques, sociétaux, économiques et culturels aussi bien en termes de savoirs, de concepts et de contenus et d’autre part, le traitement rigoureux des problématiques et questionnements d’actualité.

En étant interpersonnelle et interactive, la formation permettra aux élu-e-s de performer ses connaissances et sa conception de l’action politique sans oublier sa posture de leader local et régional.

  1. La mer dans son immensité » (Fernand Braudel) : l’Anthropocène
    1. De l’holocène à l’Anthropocène
      1. La fin du mythe cartésien
      2. De l’Holocène à l’Anthropocène
      3. L’Anthropocène : miroir de notre condition humaine
    2. La délicate datation de l’Anthropocène
      1. Que penser de l’Anthropocène ?
      2. Les sept datations possibles
      3. Quels enseignements en tirer pour nous ?
  2. « La vague de fond » (Fernand Braudel) ou la houle : l’économie circulaire
    1. De plusieurs définitions aux caractéristiques communes
      1. Un concept pour penser l’humanité et la biosphère
      2. Plusieurs définitions
      3. Au-delà des définitions
    2. De la clé de l’économie circulaire aux sept champs d’action
      1. Le déchet
      2. Trois domaines interdépendants
      3. Les sept champs d’action de l’économie circulaire
    3. La situation de la législation en France
      1. La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (TECV) du 15 août 2015
      2. Les sacs plastiques : la catastrophe écologique
      3. Les sacs plastiques : une action législative
  3. « Les vagues que les marées soulèvent » (Fernand Braudel) ou les oscillations : l’écologie industrielle territoriale
    1. Une définition laborieuse à élaborer
      1. Une origine anglaise
      2. Une proposition française
      3. « Économie verte » ou « circulaire » : une approche systémique
    2. Les enjeux, les objectifs et la limite de l’écologie industrielle et territoriale
      1. Deux enjeux président l’écologie industrielle et territoriale
      2. Trois objectifs principaux
      3. L’effet rebond : la limite de toute écologie industrielle et territoriale à analyser et conjurer
    3. Vers une nouvelle gouvernance locale à l’écologie industrielle et territoriale ?
      1. Un gage d’efficacité : la vison et l’animation des pouvoirs publics
      2. Un système de gouvernance et de coopération
      3. Des dispositifs existants

Remise de notes

o Note synthétique en trois parties : Conjoncture /Structure/Limites ou plan « CSL » (École Normale supérieure « Ulm »),

o Cette remise de note permet aussi une discussion sur l’actualité du sujet et d’envisager une approche prospective.

Public : élu(e)s, collaborateurs d’élu(e)s, cadres territoriaux

Pour plus de renseignement ou échanger avec un consultant spécialiste, contactez-nous au 06 62 93 01 89 ou envoyez-nous un mail à erwan.huchet@savoirspublics.fr .

Clause de confidentialité

Au regard des sujets considérés, le formateur s’engage à une confidentialité intégrale. Celle-ci est le socle de la relation de confiance tissée entre lui et les élu-e-s, leur permettant d’apprécier et de considérer tous les sujets jugés utiles pour l’accomplissement de ses missions en tant qu’élu, dépositaire local de la souveraineté du peuple.

Où va la technique ? La mutation technologique et numérique de notre temps

CONTEXTE

Face à la crise de confiance en la démocratie, au regard de la montée en puissance des systèmes techniques et bureaucratiques, vue la demande des concitoyens d’un mode coopératif accentuée par les nouvelles technologies, l’enjeu aujourd’hui pour les maires de terrain, leurs collaborateurs et cadres territoriaux est de porter et d’incarner un projet politique qui fasse sens pour leurs concitoyen-ne-s en se traduisant par actes concrets.

Dans cette optique, les maires sont les animateurs mais aussi les fédérateurs de la cité en déployant des pratiques politiques orientées selon des valeurs partagées en vue du bien commun des citoyen-ne-s. Dès lors, il s’agit d’accompagner en les formant ces femmes et hommes politiques de premier plan afin de créer les conditions du succès de leurs décisions auprès de leurs administré-e-s.

A cette fin, il s ‘agit de saisir précisément les tenants et aboutissants de la mutation technologique et numérique en œuvre dans notre société.

OBJECTIFS

– Nourrir conceptuellement et structurer la réflexion, la vision, les intuitions, les discours,

– Faire les « pas de côté » pour saisir autrement le monde complexe et incertain dans lequel nous vivons,

– Bénéficier des recherches scientifiques de sciences humaines pour mieux saisir notre société en pleine mutation,

– Opérer une prise de recul, c’est-à-dire « décoller le nez du guidon » pour mieux discerner les enjeux et repérer les « points de passage » pour débloquer des situations,

– Faire face et comprendre les crises en apprivoisant l’incertitude,

– Prendre des décisions en connaissance de causes mais également en connaissance de… « risques »,

– Incarner des valeurs dans des postures et attitudes et fabriquer de l’adhésion autour de lui pour qu’il fasse autorité auprès de toutes et tous.

Bref : donner du sens à toutes ses décisions et actions. Connaître les compétences et dispositifs

Trois types de compétences sont visés par les objectifs que les outils pédagogiques mis en œuvre lors de cette formation :

– Compétence théorique : maîtriser les connaissances essentielles et appliquées au mutations profondes la société en acquérant des connaissances historiques, sociologiques, politiques, économiques, anthropologiques, juridiques, géographiques, géopolitiques, étymologiques et philosophiques,

– Compétences analytique et pratique : élucider et savoir lire les faits d’actualité à l’aide de clés de lecture et d’outils d’analyse permettant d’analyser les grandes tendances de notre société et de comprendre tant le vocabulaire que les processus à l’œuvre ainsi que les nouveaux comportements en jeu,

– Compétence réflexive : réfléchir et développer un esprit critique en permettant de saisir la complexité tant des pratiques sociales que des enjeux politiques, sociologiques, économiques et culturelles se déployant au cœur de nos sociétés contemporaines.

PROGRAMME

La formation sera interactive alternant des mini-conférences inspirantes, des questions réponses ainsi que des temps d’appropriation et des discussions à « bâtons rompus ». L’enjeu est, d’une part, l’appropriation par les élu-e-s des enjeux politiques, sociétaux, économiques et culturels aussi bien en termes de savoirs, de concepts et de contenus et d’autre part, le traitement rigoureux des problématiques et questionnements d’actualité.

En étant interpersonnelle et interactive, la formation permettra aux élu-e-s de performer ses connaissances et sa conception de l’action politique sans oublier sa posture de leader local et régional.

  1. Des origines au capitalisme informationne
    1. A l’origine, le triptyque Raison- technique-capitalisme
      1. De l’objectivation du monde
        1. La révolution numérique ou l’avènement du capitalisme informationnelLa destruction créatrice selon Schumpeter
        2. Une histoire récente des inventions techniques de l’information 
    2. La révolution numérique ou l’avènement du capitalisme informationnel
      1. Une histoire récente des inventions techniques de l’information
      2. La conséquence économique : le capitalisme informationnel       
      3. La conséquence sociologique : le pouvoir de l’identité
  2. Comment penser la technique et l’humanité ?
    1. Une vision pessimiste : Jacques Ellul
      1. Trois idées maîtresses         
      2. L’assujettissement de l’homme du fait de la sacralisation de la technique
      3. Trois conséquences ou trois inversions     
    2. Une vision optimiste : Alain Touraine
      1. Les deux cultures, tension fondatrice de la modernité
      2. La culture du sujet déstabilisée par « les maîtres du soupçon »
      3. La culture de l’objet déstabilisée par « les maîtres du soupçon » 
  3. La conséquence majeure : la dépolitisation ou la politique désenchantée
      1. Les manifestations extrêmes : les totalitarismes
      2. Le désenchantement de la politique

Remise de notes

o Note synthétique en trois parties : Conjoncture /Structure/Limites ou plan « CSL » (École Normale supérieure « Ulm »),

o Cette remise de note permet aussi une discussion sur l’actualité du sujet et d’envisager une approche prospective.

Public : élu(e)s, collaborateurs d’élu(e)s, cadres territoriaux

Pour plus de renseignement ou échanger avec un consultant spécialiste, contactez-nous au 06 62 93 01 89 ou envoyez-nous un mail à erwan.huchet@savoirspublics.fr .

Clause de confidentialité

Au regard des sujets considérés, le formateur s’engage à une confidentialité intégrale. Celle-ci est le socle de la relation de confiance tissée entre lui et les élu-e-s, leur permettant d’apprécier et de considérer tous les sujets jugés utiles pour l’accomplissement de ses missions en tant qu’élu, dépositaire local de la souveraineté du peuple.

Où va notre économie ? Entre croissance et décroissance

CONTEXTE

Face à la crise de confiance en la démocratie, au regard de la montée en puissance des systèmes techniques et bureaucratiques, vue la demande des concitoyens d’un mode coopératif accentuée par les nouvelles technologies, l’enjeu aujourd’hui pour les maires de terrain, leurs collaborateurs et cadres territoriaux est de porter et d’incarner un projet politique qui fasse sens pour leurs concitoyen-ne-s en se traduisant par actes concrets.

Dans cette optique, les maires sont les animateurs mais aussi les fédérateurs de la cité en déployant des pratiques politiques orientées selon des valeurs partagées en vue du bien commun des citoyen-ne-s. Dès lors, il s’agit d’accompagner en les formant ces femmes et hommes politiques de premier plan afin de créer les conditions du succès de leurs décisions auprès de leurs administré-e-s.

A cette fin, il s ‘agit de saisir précisément les tenants et aboutissants de la croissance et de la décroissance.

OBJECTIFS

– Nourrir conceptuellement et structurer la réflexion, la vision, les intuitions, les discours,

– Faire les « pas de côté » pour saisir autrement le monde complexe et incertain dans lequel nous vivons,

– Bénéficier des recherches scientifiques de sciences humaines pour mieux saisir notre société en pleine mutation,

– Opérer une prise de recul, c’est-à-dire « décoller le nez du guidon » pour mieux discerner les enjeux et repérer les « points de passage » pour débloquer des situations,

– Faire face et comprendre les crises en apprivoisant l’incertitude,

– Prendre des décisions en connaissance de causes mais également en connaissance de… « risques »,

– Incarner des valeurs dans des postures et attitudes et fabriquer de l’adhésion autour de lui pour qu’il fasse autorité auprès de toutes et tous.

Bref : donner du sens à toutes ses décisions et actions. Connaître les compétences et dispositifs

Trois types de compétences sont visés par les objectifs que les outils pédagogiques mis en œuvre lors de cette formation :

– Compétence théorique : maîtriser les connaissances essentielles et appliquées à la croissance et la décroissance en acquérant des connaissances historiques, sociologiques, politiques, économiques, anthropologiques, juridiques, géographiques, géopolitiques, étymologiques et philosophiques,

– Compétences analytique et pratique : élucider et savoir lire les faits d’actualité à l’aide de clés de lecture et d’outils d’analyse permettant d’analyser les grandes tendances de la croissance et décroissance et de comprendre tant le vocabulaire que les processus à l’œuvre ainsi que les nouveaux comportements en jeu,

– Compétence réflexive : réfléchir et développer un esprit critique en permettant de saisir la complexité tant des pratiques sociales que des enjeux politiques, sociologiques, économiques et culturelles se déployant au cœur de nos sociétés contemporaines.

PROGRAMME

La formation sera interactive alternant des mini-conférences inspirantes, des questions réponses ainsi que des temps d’appropriation et des discussions à « bâtons rompus ». L’enjeu est, d’une part, l’appropriation par les élu-e-s des enjeux politiques, sociétaux, économiques et culturels de la croissance et décroissance aussi bien en termes de savoirs, de concepts et de contenus et d’autre part, le traitement rigoureux des problématiques et questionnements d’actualité.

En étant interpersonnelle et interactive, la formation permettra aux élu-e-s de performer ses connaissances et sa conception de l’action politique sans oublier sa posture de leader local et régional.

  1. La croissance et ses trois critiques fondamentales
    1. Qu’est-ce que la croissance ?
      1. Une définition : « plus=mieux »
      2. Un indicateur :  le PIB
    2. Les trois critiques fondamentales de la croissance
      1. La critique philosophique : la croissance déshumanise
      2. La critique sociale et économique : le développement des inégalités
      3. La critique environnementale
  2. La décroissance et ses trois critiques fondamentales
    1. Qu’est-ce que la décroissance ?
      1. Penser l’économie comme entropie
      2. Une définition « moins=mieux »
    2. Les trois critiques fondamentales de la décroissance
      1. La décroissance présuppose un modèle de société rurale
      2. La décroissance remet en cause les acquis de la société industrielle
    3. La décroissance : et le Sud ?
  3. La croissance aménagée : écologie industrielle et croissance alternative
    1. L’écologie industrielle au niveau local
      1. Une notion élaborée progressivement élaborée depuis 1989
      2. Une typologie de l’écologie industrielle
    2. La croissance alternative ou l’autre développement au niveau international
      1. Une théorisation du développement « destructeur-créateur »
      2. Deux illustrations internationales

Remise de notes

o Note synthétique en trois parties : Conjoncture /Structure/Limites ou plan « CSL » (École Normale supérieure « Ulm »),

o Cette remise de note permet aussi une discussion sur l’actualité du sujet et d’envisager une approche prospective.

Public : élu(e)s, collaborateurs d’élu(e)s, cadres territoriaux

Pour plus de renseignement ou échanger avec un consultant spécialiste, contactez-nous au 06 62 93 01 89 ou envoyez-nous un mail à erwan.huchet@savoirspublics.fr .

Clause de confidentialité

Au regard des sujets considérés, le formateur s’engage à une confidentialité intégrale. Celle-ci est le socle de la relation de confiance tissée entre lui et les élu-e-s, leur permettant d’apprécier et de considérer tous les sujets jugés utiles pour l’accomplissement de ses missions en tant qu’élu, dépositaire local de la souveraineté du peuple.

Où va la politique ? Les tenants et les aboutissants du clivage Droite/Gauche

CONTEXTE

Face à la crise de confiance en la démocratie, au regard de la montée en puissance des systèmes techniques et bureaucratiques, vue la demande des concitoyens d’un mode coopératif accentuée par les nouvelles technologies, l’enjeu aujourd’hui pour les maires de terrain, leurs collaborateurs et cadres territoriaux est de porter et d’incarner un projet politique qui fasse sens pour leurs concitoyen-ne-s en se traduisant par actes concrets.

Dans cette optique, les maires sont les animateurs mais aussi les fédérateurs de la cité en déployant des pratiques politiques orientées selon des valeurs partagées en vue du bien commun des citoyen-ne-s. Dès lors, il s’agit d’accompagner en les formant ces femmes et hommes politiques de premier plan afin de créer les conditions du succès de leurs décisions auprès de leurs administré-e-s.

A cette fin, il s ‘agit de saisir précisément les tenants et aboutissants du clivage gauche/droite.

OBJECTIFS

– Nourrir conceptuellement et structurer la réflexion, la vision, les intuitions, les discours,

– Faire les « pas de côté » pour saisir autrement le monde complexe et incertain dans lequel nous vivons,

– Bénéficier des recherches scientifiques de sciences humaines pour mieux saisir notre société en pleine mutation,

– Opérer une prise de recul, c’est-à-dire « décoller le nez du guidon » pour mieux discerner les enjeux et repérer les « points de passage » pour débloquer des situations,

– Faire face et comprendre les crises en apprivoisant l’incertitude,

–  Prendre des décisions en connaissance de causes mais également en connaissance de… « risques »,

–  Incarner des valeurs dans des postures et attitudes et fabriquer de l’adhésion autour de lui pour qu’il fasse autorité auprès de toutes et tous.

Bref : donner du sens à toutes ses décisions et actions. Connaître les compétences et dispositifs

Trois types de compétences sont visés par les objectifs que les outils pédagogiques mis en œuvre lors de cette formation :

– Compétence théorique : maîtriser les connaissances essentielles et appliquées au clivage gauche/droite en acquérant des connaissances historiques, sociologiques, politiques, économiques, anthropologiques, juridiques, géographiques, géopolitiques, étymologiques et philosophiques,

– Compétences analytique et pratique : élucider et savoir lire les faits d’actualité à l’aide de clés de lecture et d’outils d’analyse permettant d’analyser les grandes tendances du clivage gauche/droite et de comprendre tant le vocabulaire que les processus à l’œuvre ainsi que les nouveaux comportements en jeu,

– Compétence réflexive : réfléchir et développer un esprit critique en permettant de saisir la complexité tant des pratiques sociales que des enjeux politiques, sociologiques, économiques et culturelles se déployant au cœur de nos sociétés contemporaines.

PROGRAMME

La formation sera interactive alternant des mini-conférences inspirantes, des questions réponses ainsi que des temps d’appropriation et des discussions à « bâtons rompus ». L’enjeu est, d’une part, l’appropriation par les élu-e-s des enjeux politiques, sociétaux, économiques et culturels du clivage gauche/droite aussi bien en termes de savoirs, de concepts et de contenus et d’autre part, le traitement rigoureux des problématiques et questionnements d’actualité.

En étant interpersonnelle et interactive, la formation permettra aux élu-e-s de performer ses connaissances et sa conception de l’action politique sans oublier sa posture de leader local et régional.

  1. Une droitisation des citoyens en Europe
    1. Une droitisation des citoyennes en France : étude de 2019
    2. Les résultats en Europe
  2. Les origines historiques
    1. Un faux-départ en 1789 : les 6 étapes marquantes de l’émergence du clivage droite/gauche
    2. Le vrai départ : 1815-1820
  3. Une anthropologie du clivage Droite/Gauche
    1. La droite : hiérarchie et hétéronomie
    2. La gauche : et autonomie

 Remise de notes

o Note synthétique en trois parties : Conjoncture /Structure/Limites ou plan « CSL » (École Normale supérieure « Ulm »),

o  Cette remise de note permet aussi une discussion sur l’actualité du sujet et d’envisager une approche prospective.

Public : élu(e)s, collaborateurs d’élu(e)s, cadres territoriaux

Pour plus de renseignement ou échanger avec un consultant spécialiste, contactez-nous au 06 62 93 01 89 ou envoyez-nous un mail à erwan.huchet@savoirspublics.fr .

Clause de confidentialité

Au regard des sujets considérés, le formateur s’engage à une confidentialité intégrale. Celle-ci est le socle de la relation de confiance tissée entre lui et les élu-e-s, leur permettant d’apprécier et de considérer tous les sujets jugés utiles pour l’accomplissement de ses missions en tant qu’élu, dépositaire local de la souveraineté du peuple.

Où va la laïcité ? La laïcité : de la valeur au régime

CONTEXTE

Face à la crise de confiance en la démocratie, au regard de la montée en puissance des systèmes techniques et bureaucratiques, vue la demande des concitoyens d’un mode coopératif accentuée par les nouvelles technologies, l’enjeu aujourd’hui pour les maires de terrain, leurs collaborateurs et cadres territoriaux est de porter et d’incarner un projet politique qui fasse sens pour leurs concitoyen-ne-s en se traduisant par actes concrets.

Dans cette optique, les maires sont les animateurs mais aussi les fédérateurs de la cité en déployant des pratiques politiques orientées selon des valeurs partagées en vue du bien commun des citoyen-ne-s. Dès lors, il s’agit d’accompagner en les formant ces femmes et hommes politiques de premier plan afin de créer les conditions du succès de leurs décisions auprès de leurs administré-e-s.

A cette fin, il s ‘agit de saisir précisément les tenants et aboutissants de la laïcité aujourd’hui en plongeant dans ses racines historiques et juridiques  pour en saisir la sève.

OBJECTIFS

–  Nourrir conceptuellement et structurer la réflexion, la vision, les intuitions, les discours,

– Faire les « pas de côté » pour saisir autrement le monde complexe et incertain dans lequel nous vivons,

– Bénéficier des recherches scientifiques de sciences humaines pour mieux saisir notre société en pleine mutation,

– Opérer une prise de recul, c’est-à-dire « décoller le nez du guidon » pour mieux discerner les enjeux et repérer les « points de passage » pour débloquer des situations,

–  Faire face et comprendre les crises en apprivoisant l’incertitude,

– Prendre des décisions en connaissance de causes mais également en connaissance de… « risques »,

– Incarner des valeurs dans des postures et attitudes et fabriquer de l’adhésion autour de lui pour qu’il fasse autorité auprès de toutes et tous.

Bref : donner du sens à toutes ses décisions et actions. Connaître les compétences et dispositifs

Trois types de compétences sont visés par les objectifs que les outils pédagogiques mis en œuvre lors de cette formation :

– Compétence théorique : maîtriser les connaissances essentielles sur le sens historique, juridique et politique de la laïcité en acquérant des connaissances historiques, sociologiques, politiques, juridiques, étymologiques et philosophiques,

– Compétences analytique et pratique : élucider et savoir lire les faits d’actualité à l’aide de clés de lecture et d’outils d’analyse permettant d’apprécier le sens de la, laïcité et de comprendre tant le vocabulaire que les processus à l’œuvre ainsi que les nouveaux comportements en jeu,

– Compétence réflexive : réfléchir et développer un esprit critique en permettant de saisir la complexité tant du sens de la laïcité que des enjeux politiques, sociologiques et culturelles se déployant au cœur de notre société.

 PROGRAMME

La formation sera interactive alternant des mini-conférences inspirantes, des questions réponses ainsi que des temps d’appropriation et des discussions à « bâtons rompus ». L’enjeu est, d’une part, l’appropriation par les élu-e-s des enjeux politiques, sociétaux, économiques et culturels du sens de la laïcité aussi bien en termes de savoirs, de concepts et de contenus et d’autre part, le traitement rigoureux des problématiques et questionnements d’actualité.

En étant interpersonnelle et interactive, la formation permettra aux élu-e-s de performer ses connaissances et sa conception de l’action politique sans oublier sa posture de leader local et régional.

  1. La construction historique de la laïcité
    1. 1000 ans de régime de catholicité
    2. 1525-1610 : troubles dans le mariage État-Église : les guerres de Religion (Denis Crouzet)
      1. Les violences catholiques
      2. Les violences protestantes
    3. Penser la paix
  2. La construction juridique de la laïcité
    1. Le contexte de la loi de séparation
    2. Non pas la privatisation de la foi mais la publicisation du culte dans le cadre du respect de l’ordre public : Émile Poulat
    3. Les principes du régime de laïcité : Conseil d’État et Conseil constitutionnel

Conclusion : l’exception française et le combat autour des valeurs

Remise de notes

o Note synthétique en trois parties : Conjoncture /Structure/Limites ou plan « CSL » (École Normale supérieure « Ulm »),

o Cette remise de note permet aussi une discussion sur l’actualité du sujet et d’envisager une approche prospective.

Public : élu(e)s, collaborateurs d’élu(e)s, cadres territoriaux

Pour plus de renseignement ou échanger avec un consultant spécialiste, contactez-nous au 06 62 93 01 89 ou envoyez-nous un mail à erwan.huchet@savoirspublics.fr .

Clause de confidentialité

Au regard des sujets considérés, le formateur s’engage à une confidentialité intégrale. Celle-ci est le socle de la relation de confiance tissée entre lui et les élu-e-s, leur permettant d’apprécier et de considérer tous les sujets jugés utiles pour l’accomplissement de ses missions en tant qu’élu, dépositaire local de la souveraineté du peuple.

Qu’est-ce qu’être un élu politique aujourd’hui ?

CONTEXTE

Face à la crise de confiance en la démocratie, au regard de la montée en puissance des systèmes techniques et bureaucratiques, vue la demande des concitoyens d’un mode coopératif accentuée par les nouvelles technologies, l’enjeu aujourd’hui pour les maires de terrain, leurs collaborateurs et cadres territoriaux est de porter et d’incarner un projet politique qui fasse sens pour leurs concitoyen-ne-s en se traduisant par actes concrets.

Dans cette optique, les maires sont les animateurs mais aussi les fédérateurs de la cité en déployant des pratiques politiques orientées selon des valeurs partagées en vue du bien commun des citoyen-ne-s. Dès lors, il s’agit d’accompagner en les formant ces femmes et hommes politiques de premier plan afin de créer les conditions du succès de leurs décisions auprès de leurs administré-e-s.

A cette fin, il s ‘agit de saisir précisément les tenants et aboutissants du sens du rôle et des fonctions de l’élu local aujourd’hui.

OBJECTIFS

–  Nourrir conceptuellement et structurer la réflexion, la vision, les intuitions, les discours,

–  Faire les « pas de côté » pour saisir autrement le monde complexe et incertain dans lequel nous vivons,

–  Bénéficier des recherches scientifiques de sciences humaines pour mieux saisir notre société en pleine mutation,

–  Opérer une prise de recul, c’est-à-dire « décoller le nez du guidon » pour mieux discerner les enjeux et repérer les « points de passage » pour débloquer des situations,

–  Faire face et comprendre les crises en apprivoisant l’incertitude,

–  Prendre des décisions en connaissance de causes mais également en connaissance de… « risques »,

–  Incarner des valeurs dans des postures et attitudes et fabriquer de l’adhésion autour de lui pour qu’il fasse autorité auprès de toutes et tous.

Bref : donner du sens à toutes ses décisions et actions. Connaître les compétences et dispositifs

Trois types de compétences sont visés par les objectifs que les outils pédagogiques mis en œuvre lors de cette formation :

– Compétence théorique : maîtriser les connaissances essentielles sur le sens du rôle et des fonctions de l’élu local en acquérant des connaissances historiques, sociologiques, politiques, économiques, anthropologiques, juridiques, géographiques, géopolitiques, étymologiques et philosophiques,

– Compétences analytique et pratique : élucider et savoir lire les faits d’actualité à l’aide de clés de lecture et d’outils d’analyse permettant d’analyser le sens du rôle et des fonctions de l’élu local et de comprendre tant le vocabulaire que les processus à l’œuvre ainsi que les nouveaux comportements en jeu,

– Compétence réflexive : réfléchir et développer un esprit critique en permettant de saisir la complexité tant du sens du rôle et des fonctions de l’élu local que des enjeux politiques, sociologiques, économiques et culturelles se déployant au cœur de nos sociétés contemporaines.

PROGRAMME

La formation sera interactive alternant des mini-conférences inspirantes, des questions réponses ainsi que des temps d’appropriation et des discussions à « bâtons rompus ». L’enjeu est, d’une part, l’appropriation par les élu-e-s des enjeux politiques, sociétaux, économiques et culturels du sens du rôle et des fonctions de l’élu local aussi bien en termes de savoirs, de concepts et de contenus et d’autre part, le traitement rigoureux des problématiques et questionnements d’actualité.

En étant interpersonnelle et interactive, la formation permettra aux élu-e-s de performer ses connaissances et sa conception de l’action politique sans oublier sa posture de leader.

  1. Qu’est-ce qu’être élu local ?
    1. Qu’est-ce que veut dire « politique ?
      1. Du verbe « pouvoir » à l’approche anthropologique en passant par les deux conceptions traditions du pouvoir
      2. Le pouvoir d’un point de vue anthropologique
      3. Quelle est alors l’essence du politique s’il y en a une ?
    2. Les trois rôles essentiels de l’élu local aujourd’hui
      1. Un pédagogue du sens
      2. Un arbitre de l’acceptabilité sociale de ses décisions et des conséquences
      3. Un manager de l’administration
  2. Les tenants et les aboutissants de l’administration
    1. Pourquoi et comment une administration bureaucratique ?
      1. De l’histoire de la domination légitime selon Max Weber (1864-1920)
      2. De la naissance de l’administration bureaucratique à sa définition
    2. Les limites et dysfonctionnement de l’administration bureaucratique
      1. Les cinq courants critiques anglosaxons
      2. Le courant français de l’analyse stratégique
      3. La synthèse d’inspiration wébérienne

 Remise de notes

o Note synthétique en trois parties : Conjoncture /Structure/Limites ou plan « CSL » (École Normale supérieure « Ulm »),

o Cette remise de note permet aussi une discussion sur l’actualité du sujet et d’envisager une approche prospective.

Public : élu(e)s, collaborateurs d’élu(e)s, cadres territoriaux

Pour plus de renseignement ou échanger avec un consultant spécialiste, contactez-nous au 06 62 93 01 89 ou envoyez-nous un mail à erwan.huchet@savoirspublics.fr .

Clause de confidentialité

Au regard des sujets considérés, le formateur s’engage à une confidentialité intégrale. Celle-ci est le socle de la relation de confiance tissée entre lui et les élu-e-s, leur permettant d’apprécier et de considérer tous les sujets jugés utiles pour l’accomplissement de ses missions en tant qu’élu, dépositaire local de la souveraineté du peuple.